Maria Skłodowska-Curie | Reksio.fr
Maria Skłodowska-Curie

L'article d'aujourd'hui s'inscrira dans notre série qui a pour but de vous présenter les personnalités polonaises importantes. Malgré ce que l’on pourrait croire, celles-ci ne manquent pas. Quel que soit le domaine - politique, littérature, musique, science, cinéma ou encore sport – chacun d’entre eux contient de nombreux représentants. Certains sont plus célèbres à l’échelle internationale que d’autres, mais tous ont été (ou le sont toujours) importants dans leurs domaines, parfois même au point d’avoir changé les cours de l’histoire… Dans les articles précédents de la même série, nous avons parlé de Jean-Paul II et d'Adam Małysz. Cependant, sans prendre trop de risques, nous pourrions nous aventurer à dire que les exploits de ces deux hommes pâlissent face à ceux de la femme dont nous allons parler aujourd'hui - Maria Skłodowska-Curie, dont les découvertes sur la radioactivité ont permis d’énormes progrès scientifiques, contribuant à la forme qu’a le monde moderne.


 

 

Tout d’abord, l’écriture complète de son nom pourrait surprendre certains. Bien souvent, dans les écrits français, on opte pour « Marie Curie ». Eh oui, c’est plus court, plus concis et surtout plus simple. Mais Marie Skłodowska-Curie était bel et bien polonaise. Elle est née en 1867 à Varsovie, ville faisant alors partie du Royaume du Congrès, entité politique pseudo-polonaise sous tutelle russe. Comme Marie était la fille la plus jeune de parents professeurs, nulle surprise que, dès toute jeune, elle était passionnée par le fait d’apprendre et par les sciences comme en démontrent ses résultats scolaires. A l’époque, les femmes ne peuvent malheureusement pas entreprendre d’études universitaires ni de carrière scientifique, ce qui est d’autant plus vrai pour une descendante polonaise vivant dans un territoire appartenant à l’Empire Russe. Pour pouvoir le faire, Marie finit par partir en France, pays dans lequel il est « seulement » difficile mais non-impossible qu’une femme puisse étudier. Ce départ se fait avec un passeport de l’Empire Russe, mais Marie se sent polonaise, appartenance nationale qu’elle exprime et partage dans de nombreux écrits. 

 


 

Une fois arrivée en France, Marie Skłodowska réussit à entreprendre des études de mathématiques et physique à la Sorbonne. Peu de temps après son l’obtention d’une licence pour chacune de ces matières, elle rencontre Pierre Curie qui devient son mari ce qui explique la partie française de son nom de famille, ainsi que sa nationalité. Marie continue ses études et sa recherche et, petit à petit, change les sciences pour toujours. Accompagnée par son mari qui se joint à ses recherches, elle devient pionnière des études sur la radioactivité, découvre le polonium (élément nommé ainsi pour honorer la Pologne) et le radium pour recevoir en 1903 le prix Nobel de physique avec son mari et Henri Becquerel. Ainsi, elle devient la première femme de l’histoire à recevoir ce prix. La même année, elle devient aussi la première lauréate de la médaille Davy. En 1906, après la mort de son mari, elle devient la première femme professeur à la Sorbonne. Finalement, en 1911, elle reçoit un deuxième prix Nobel, cette fois-ci en Chimie. 


 

 

En somme, Marie Skłodowska-Curie a permis d’énormes progrès en sciences. Elle est la première à avoir reçu deux prix Nobel et reste à ce jour la seule personne ayant été récompensée dans deux domaines scientifiques différents. Sa figure représente non seulement un progrès scientifique, mais aussi social qui, en dépit des mœurs douteuses de l’époque a réussi à aller au bout de ses rêves et à démontrer qu’aucun domaine n’appartient qu’aux hommes. Et nous devons admettre que l’article que vous venez de lire ne constitue qu’un résumé très bref de sa riche biographie, remplie de moments de lutte et de succès.

Jan Paweł II
…Jean-Paul II