Śmingus - dyngus

Lundi inonde

Szymon Konieczny

Avant tout, l’équipe de Reksio voudrait vous souhaiter joyeuses Pâques pour une dernière fois cette année !


Si vous vous souvenez de notre dernier article, il décrivait les fêtes de Pâques en Pologne. Cependant, nous avons laissé de côté une des traditions, celle du lundi de Pâques. A part être un jour de fête en général, inclus dans la Semaine Sainte, une tradition assez spéciale et ancienne y est associée. Comme d’habitude, elle porte beaucoup de noms mais les plus communs sont Lany Poniedziałek (littéralement « Lundi inondé ») et Śmigus-dyngus (littéralement « Fouette-jette »).


La tradition est présente dans les pays slaves d’Europe Centrale et sa mention écrite la plus ancienne date du XIV siècle, mais on pourrait croire que, réellement, elle date d’avant. Si l’on regarde le nom Śmigus-dyngus, on pourrait remarquer que c’est un nom composé. En effet, le Lundi inondé est un amalgame de deux traditions anciennement séparées.


D’un côté, nous avons le « Śmigus », dont le nom, dérivé de l’allemand, pourrait se traduire comme « fouetter ». Il consistait à se fouetter avec des branches de saule et à se jeter de l’eau. Au début, il était lié à des pratiques païennes du passage au printemps dans lesquelles le fait de se fouetter devait guérir des maladies, apporter de la vitalité et faire chasser les mauvais esprits. Quand au fait de se jeter de l’eau, le but était de purifier le corps. De plus, les deux usages étaient particulièrement importants pour les femmes célibataires et pour les jeunes filles, puisqu’ils devaient favoriser le mariage et la fertilité. Voilà pourquoi dans certains endroits, progressivement, le Śmigus s’est concentré surtout sur les filles et est devenu presque une sorte de plébiscite de popularité pour elles – le fait de recevoir le plus de coups de « fouet » et de finir le plus mouillée du village voulait dire qu’elle plaisait à beaucoup de garçons…



D’un autre côté, le nom de « Dyngus » pourrait se traduire comme « payer une rançon » mais aussi comme synonyme de « chlust », c’est-à-dire l’onomatopée du bruit que fait l’eau lorsqu’on la jette sur quelqu’un ou quelque chose. La tradition consistait en aller de porte en porte en demandant des cadeaux et des provisions pour la route. Si le foyer refusait, le groupe de « voyageurs » était en droit de faire des farces ou de jeter de l’eau aux membres de ce foyer.




Etant donné que les deux traditions contiennent un élément commun (le fait de jeter de l’eau) et qu’elles étaient proches dans le temps, petit à petit, elles ont fini par s’assembler pour donner le Śmigus-dyngus. Comme nous l’avons déjà mentionné, il s’agit d’une tradition païenne. Elle était si fortement ancrée dans l’imaginaire collectif que l’église n’a pas réussi à l’éradiquer et a fini obligée de l’intégrer. Ainsi, dans la symbolique catholique, l’eau possède une symbolique de purification et rappelle aussi la « technique » utilisée pour disperser les foules se rassemblant après la résurrection ; Le fait de fouetter se fait en commémoration du moment de la Passion du Christ où il se fait fouetter. Le tout en cohérence avec la fête de Pâques – la rémission des pêchés et le salut de l’humanité.


 

Dans la version moderne, le Lundi Inondé représente une bataille d’eau à l’échelle nationale – on jette de l’eau sur tout le monde, même ceux que l’on ne connait pas dans la rue. Et pour cela, tout est permis – pistolets à eau, seaux, verres, bouteilles et même des sacs plastiques ou encore des ballons remplis d’eau et jetés des balcons sur les passants. Synonyme de manque de contrôle, de sens commun et de dangerosité menant à des accidents, si bien que parfois la police et la justice le considère comme une infraction. Nous vous invitons à voir par vous-mêmes dans la vidéo ci-dessous ce à quoi ressemble la version moderne du Lany Poniedziałek.


 
 
 

Bien sûr, les cas aussi extrêmes que dans le paragraphe précédent sont rares. En général, il s’agit d’une fête sous le signe de l’amusement !

Dans le cas de l’auteur de cet article, la journée commençait en général par un réveil arrosé, effectué par les grands parents.

Et vous ? Avez-vous des souvenirs du Śmigus-dyngus ? Si oui, est-ce que vous faisiez quelque chose de spécial ou de différent ce jour-là ?

N’hésitez pas à partager avec nous dans les commentaires.